COMMENT FAIRE POUR CONSULTER LES ARCHIVES AKASHIQUES ?




Lorsqu’on lui a posé cette question à Maître Pastor, ceci est ce qu’il a répondu :

« La consultation auprès de l’Akasha est un phénomène constant entre justement cette partie du Ciel que l’on appelle la mémoire cosmique et le subconscient ou l’inconscient collectif de l’humanité. C’est-à-dire qu’à chaque instant en fait vous vivez d’après une partie ou un certain degré de l’Akasha qui contient le subconscient ou inconscient collectif de l’humanité.

Et ceci est dû parce que vous devez savoir que de la même manière que l’astral est divisé en plusieurs sections, l’Akasha lui-même est aussi sectionné. Ce qui fait que de la même manière qu’il existe un bas astral, un moyen astral et un haut astral. Eh bien il existe aussi un Akasha de bas degré, un Akasha de degré moyen et un Akasha de degré supérieur.

Et en correspondance avec l’humanité, l’Akasha c’est un peu la substance mentale de l’humanité, c’est-à-dire que c’est l’endroit ou la substance mentale des maîtres, des guides et des humains (plus ou moins bien intentionnés), plus la substance mentale de toute l’humanité en évolution se rencontrent et forment dans une certaine partie du plan éthérique et astrale de la Terre, ce que vous appelez.

« Les mémoires akashiques. »

Parce qu’il ne faut pas oublier qu’avant tout les actes et les pensée sont des substances qui s’expliquent avant tout comme des substances énergétiques que l’on peut appeler aussi des ondes ou rayonnement énergétique (ce qui revient au même).

Si donc on considère toute pensée, tout acte, tout geste comme un rayonnement, il faut bien penser que quelque part cette substance va être enregistrée.

Et c’est cela ce qui compose l’Akasha, car pour comprendre ce qu’est l’Akasha, il faut d’abord définir sa nature, et on ne peut pas aller vers l’Akasha sans en comprendre d’abord sa nature. Et la nature l’Akasha c’est la substance globale de toutes les intelligences humaines et non humaines de la Terre, aussi bien que des autres mondes de l’Univers.

L’Akasha c’est donc une immense banque de données qui contient tout, depuis le balbutiement du premier homme, le mouvement d’aile du premier oiseau, la formation du premier gaz, l’existence du premier atome. Jusqu’à la fin des temps.

C’est le livre ouvert de l’univers.





Et c’est pour cela que l’on emploi cet immense instrument cosmique qu’est l’Akasha pour presque tout. Et ainsi par exemple, si à un moment donné une hiérarchie d’une autre planète décidait (sous l’ordre de la hiérarchie terrestre) d’avoir un certain rôle à jouer sur la Terre dans son évolution. À ce moment-là il faudrait que cette hiérarchie extraterrestre puisse construire dans l’Akasha de la Terre une forme de sas, c’est-à-dire un endroit où elle puisse entreposer ses données à fin que l’humanité puisse régulièrement avec les cycles en être arrosée (comme une pluie qui tombe sur un champ).

Parce qu’en fait tout se passe par l’intervention de l’Akasha, que ce soit dans un mouvement d’évolution ou d’involution comme font les Maîtres lorsqu’ils veulent instruire les humains, car dans le phénomène de l’instruction, il y a la nécessite de descendre. Ce qui ne veut pas dire que l’enseignement descendant sur la Terre devient obscur. Mais pour descendre, il utilise les énergies de l’involution.

Donc l’Akasha est une forme de point de rencontre absolument nécessaire, car sans cela, il n’y aurait pas de continuité dans l’évolution de l’homme parce qu’il n’aurait pas de mémoire.

Il n’aurait pas de fil d’Ariane, car depuis le premier jour quand il était un homme préhistorique et où il grattait des silex, jusqu’à ce fameux jour où il devient un être divin, il faut un fil d’Ariane.

Et quel est ce fil ?

Il est dans la conscience, car comme je vous l’ai dit de nombreuses fois, toute l’évolution de ce grand voyage cosmique que vous êtes en train d’effectuer se situe dans la conscience, à l’intérieur même de la conscience

Donc il faut qu’il y ait une continuité, mais cette continuité elle n’existe pas en elle-même. Et pour qu’elle existe il faut créer un centre de données où on puisse les estoquer en quelque sorte. Il faut une mémoire un peu comme un ordinateur. Et ainsi à chaque fois la race humaine imprime ses données, et à un niveau plus individuel aussi chaque humain imprime ses données, et il les retrouve à chaque naissance et il travaille donc sur quelque chose de concret.

Parce que s’il n’avait pas d’Akasha, il faudrait sans cesse à chaque vie absolument tout recommencer, or la mémoire existe et comme je vous l’ai précisé il y a quelque temps, tout est grâce à la mémoire. Toute l’évolution s’est faite grâce à la mémoire.

Et je sais qu’en partie elle peut sembler freiner l’évolution, car il y a des dangers à trop vivre de par la mémoire, donc dans le passé, comme par exemple à avoir un comportement trop rétroactif, au lieu d’avoir un comportement évolutionnaire. Mais sur cela nous en avons déjà parlé donc je laisserai ce thème de côté.

Donc,

Comment allez-vous lire dans l’Akasha ?

C’est très simple, il faut tout simplement que vous vous situiez vous-même par rapport à l’Akasha que vous voulez justement consulter.

Parce qu’en fait il y a beaucoup d’êtres qui consultent de manière inconsciente l’Akasha et souvent pendant la nuit, mais c’est un Akasha qui n’est pas bon parce que comme je vous l’ai dit, l’Akasha a plusieurs degrés et il ne faut pas trop aller dans l’Akasha que nous appellerons (pour nous faire comprendre) : l’inconscient collectif bas où justement il est si facile d’automatiser les gens.

Nous avons déjà expliqué que l’homme dans l’actuel niveau de son évolution vit en grande partie par rapport à son inconscient et non pas par rapport à sa conscience active.

Il vit surtout d’après sa conscience collective et c’est pour cela qu’il est influençable et manipulable, et qu’il vit par moments par des gestes automatiques.

Et c’est pour cela qu’il ne sait pas ce qu’est la véritable liberté, et qu’il accepte tel ou tel sacrifice même au péril de sa vie comme il se passe pendant les guerres. C’est pour cela qu’il accepte ces idées alors qu’au fond de lui finalement quand il réfléchit cela ne lui plaît pas trop, mais poussé par une force venue d’on ne sait pas où, il accepte.

Tout ça c’est la force de cet Akasha, la force de l’inconscient collectif, et l’inconscient collectif c’est la zone basse de l’Akasha. Alors il faut s’éloigner de ce niveau-là parce que les gens qui vivent toujours en relation avec ce bas degré de l’Akasha font partie de la masse. Mais il faut au contraire sortir de cette masse.

Au fait, depuis votre premier souffle jusqu’à votre dernier souffle, vous vivez en connexion avec l’Akasha lui-même, et tout dépend à quel degré de l’Akasha, c’est-à-dire de la Conscience Universelle, vous vivez.

Si vous vivez au degré de la Conscience Universelle qui se trouve endormie, vous êtes alors dans l’inconscience et vous agissez de manière automatique et vous êtes proche du comportement animal (sans que cela soit péjoratif bien sûr, vous comprenez ce que je veux dire). Mais par contre, plus vous évoluez et plus vous allez être en contact avec l’Akasha supérieur.

Et à ce moment-là viennent justement les inspirations, les fortes intuitions, les prémonitions. Tout ça c’est lorsque vous êtes en contact avec l’Akasha moyen et supérieur.

Parce que comme je l’ai dit mille fois :

D’où vient la voyance ?
D’où viennent les arts ou les dons de ce type-là ?

La vision, les visionnaires que l’on retrouve aussi bien dans toutes les parties de l’art que dans les dons paranormaux. C’est justement parce qu’à un certain moment, l’homme arrive à basculer à un degré supérieur de cette mémoire universelle qu’est l’Akasha, mais vous pouvez aussi l’appeler « Conscience Cosmique » c’est comme vous voulez.

L’homme a l’habitude de tout structurer et de donner des noms aux différents aspects pour mieux comprendre, parce que s’il ne comprend pas, il a l’impression de devenir fou. Alors autant systématiser.


En fait quelle est la relation entre l’Akasha et la Conscience Cosmique ?

L’Akasha n’est rien d’autre que la Conscience Cosmique elle-même, mais la Conscience Cosmique dans un autre aspect et dans un autre rôle. Dans un rôle de mémorisation pour l’évolution de l’Univers.

Et pour ce qui est de l’aspect technique,

Comment contacter l’Akasha ?

Alors je vous dirai que cela dépend d’abord de votre talent personnel. Ça c’est un fait. Mais tout humain qui a le cœur pur et qui se met dans une relaxation suffisamment profonde et durable, car il y a beaucoup de gens qui parviennent à avoir des relaxations profondes mais pas durables.

Et dans ce cas-ci il faut pouvoir la maintenir suffisamment longtemps la relaxation profonde pour entrer dans une sorte, je ne dirais pas de sommeil, car il ne faut pas tomber dans le sommeil, mais dans une sorte de doux souffle intérieur. Un peu comme si vous planiez, comme vous dites.

Et lorsque vous atteignez cet état, c’est à ce moment-là que vous devez envoyer avec l’esprit clair (et c’est pour cela qu’il ne faut pas dormir) la question qui vous intéresse, et rester à l’écoute.

Et l’inspiration, l’intuition qui peuvent venir à ce moment-là, seront les réponses de l’Akasha.



Voici la technique et comme vous voyez elle est très simple. Mais ce que je ne veux pas, ce que dès demain vous vous mettiez à contacter l’Akasha de cette manière-là, car pour pouvoir contacter l’Akasha, comme pour pouvoir contacter n’importe quoi d’autre, il faut avoir l’intention pure.

Tout dépend avec quelle main vous allez prendre la part du gâteau. Parce que si vous avez les mains sales, alors le gâteau que vous mangerez sera sale et vous risquerez de vous rendre malade parce que vous y aurez mis vos propres microbes.

Et c’est pour cela qu’il faut absolument que l’homme apprenne d’abord à se nettoyer, à se purifier et à clarifier ses intentions. Parce que plus ses intentions seront claires, positives et humanistes, et plus il aura des facilités d’accès que ce soit avec un guide, ou avec l’Akasha, ou avec Dieu le Père lui-même !

Ce qui conte c’est votre pureté intérieure et c’est pour cela qu’il ne sert à rien que je vous donne une méthode pour arriver à telle ou telle technique, ou pour faire advenir en vous tel ou tel phénomène paranormal.

Non, ce serait une erreur agir ainsi et je n’amuse pas à mes amis et à mes frères avec des feux frôlés. Par contre si vous avez la patience, le courage et l’authenticité de regarder en vous et de faire du propre, alors vous n’aurez même pas besoin d’avoir une démarche pour contacter l’Akasha ou un guide, parce que le branchement se fera automatiquement.

Pourquoi ?

Parce que vous êtes déjà branché avec l’Akasha et avec tous les guides du monde, vous êtes déjà branché, seulement vous ignorez ce fait. De la même manière comme vous êtes déjà un être divin, mais vous n’êtes pas encore conscient de cela.

Que faut-il donc faire ?

Il faut rendre ce lien vivant, il faut le rendre actif. Et s’il faut le rendre, cela veut dire qu’il ne l’est pas.

Pourquoi ne l’est-il pas ?

Parce qu’il est obstrué par tous les voiles dont j’ai si souvent parlé. Alors comme Salomé déshabillez-vous de tous ces voiles que sont les illusions, les désirs, l’égocentrisme, etc.


Ce qui compte toujours pour activer un pouvoir de manière harmonieuse et sans danger c’est la purification, et c’est pour cela que tout le temps je vous répète :

« Purifie-toi, mon frère, fais l’effort car il n’y a que ça qui est vrai, il n’y a que ça qui compte. »

Il faut vous purifier et plus vous serez propre à l’intérieur, plus vos intentions seront claires, plus votre cœur sera fraternel, plus votre esprit sera instruit et dépouillé de l’ignorance, et par conséquent capable de discernement, et alors plus vous pourrez à n’importe quel moment être en contact avec l’Akasha. Vous n’aurez même pas besoin d’aller la chercher.

Et ceci est dû parce qu’automatiquement dès que vous enlevez les briques qui bouchaient la sortie du ruisseau, le ruisseau vous éclabousse de toute sa force naturelle. Vous n’avez pas besoin de vous glisser dans la gorge du ruisseau pour aller chercher profondément son eau, parce qu’il suffit d’enlever les briques qui obstruaient sa sortie et vous aurez toute l’eau qui vous faut pour vous et pour vos amis aussi.




Tout le phénomène de l’évolution est le même que celui-là, et c’est pour cela qu’il n’est pas nécessaire que vous vous intéressiez à telle ou telle démarche, à telle ou telle technique. Parce que ce qu’il faut c’est de d’abord faire avec les valeurs existantes, et je parle des valeurs authentiques.


Et le premier principe c’est lequel ?

C’est grandir spirituellement, et tant que l’homme ne comprendra pas ça, il pourra faire des milliers et des milliers de retours sur cette Terre, souffrir et être enfanté dans la douleur, sans avoir rien compris.

Il faut vous grandir.

Et se grandir c’est quoi ?

Ce n’est pas se mettre un emplâtre sur la figure, un emplâtre de saint, un emplâtre de moine, ou un emplâtre de l’élève de telle école ésotérique, ou de l’appartenance à telle société initiatique. Il faut enlever tous ces masques et au contraire être soi-même dans son aspect le plus brillant.

Mais être ainsi c’est l’acte le plus difficile parce qu’il faut aller vous chercher dans l’endroit où vous n’avez pas l’habitude d’être en tant que conscience objective. Vous y êtes dans cet endroit, oui mais en sommeil. Il faut donc susciter l’éveil. Et susciter l’éveil c’est faire sortir une à une, toutes les qualités qui correspondent à cet être-là.

C’est-à-dire que plus vous développerez vos qualités, et plus vous susciterez l’éveil de cet être qui est en vous et qui est vertu, qui est humanisme, fraternité, discernement, amour. Et automatiquement vous réveillerez la véritable partie de vous-même.

Pourquoi les hommes ont aussi peu l’impression d’exister vraiment ?

Parce que la véritable part de leur être qui est la véritable vie, n’est pas suscitée à la vie. Au contraire, ils l’endorment chaque jour davantage en laissant toujours vivre leur côté négatif.

Alors faites taire un peu la part négative et suscitez davantage la part positive. Et ceci sans combat. Vous n’avez pas besoin de vous combattre. Vous n’avez simplement qu’à vous observer, à vous évaluer et à vous mesurer, comme si vous étiez un instrument :

« Voyons, maintenant il y a deux natures en moi, il y a le côté positif et le côté négatif. Et comme je ne suis pas masochiste, et comme je n’ai pas envie de trainer éternellement sur cette planète. Si on essayait un petit peu de développer le côté positif ? »

Et c’est facile quand on le veut vraiment. C’est même très facile, il suffit d’avoir l’intention, mais cette intention-là par contre est difficile à acquérir car jusqu’à un certain point l’homme se trouve tout type de raisons pour continuer à être négatif et il ne trouve la motivation pour devenir bon qu’au bout de mille et une souffrances lorsque finalement il en a trop assez.

Mais pour quoi attendre d’en arriver jusqu’à cette ultime souffrance alors qu’elle n’est pas nécessaire ?

Autant décider l’esprit pur et clair tout de suite.

Et ainsi tous les guides et tout l’Akasha supérieur pourront se contacter avec vous car comme je l’ai dit les guides et même les Maîtres utilisent l’Akasha.


Comment est-ce que cela se fait ?

Eh bien, lorsque l’on comprend que tout est substance et correspondance dans l’Univers, cela devient facile à comprendre.

Imaginez deux sphères. En bas se trouve la sphère que correspond à la conscience humaine et en haut se trouve la sphère que correspond à la conscience des Maîtres. Et entre ces deux sphères il y a une conscience qui s’est construit, un point de rencontre appelé l’Akasha et qui se forme depuis l’origine du monde et de l’humanité.

Et au fur et à mesure de l’évolution, cette sphère des Maîtres (qui porte le plan du Ciel) rentre dans l’Akasha et imprime dans l’Akasha toutes les données de lumière à l’état pur.

Ce qui fait que tous les rituels qui auront lieu sur la Terre depuis le début jusqu’à la fin y sont marqués. Toutes les formes de temples, toutes les formes de religions, tout y est marqué. Ce qui ne veut pas dire que l’homme vit avec ce qui est déjà prévu. Non. Parce que c’est marqué en tant que archétype, mais non pas en tant que décret. Et la manière comme cet archétype se concrétisera sur la Terre, cela dépendra des humains.

Et au fur et à mesure de l’évolution, l’homme crée dans cette substance akashique, grâce à ces archétypes qu’il concrétise à sa manière, il crée des petits escaliers.

Il crée d’abord son propre Akasha comme nous parlions tout à l’heure : le bas Akasha, celui de l’inconscient collectif. Et cet Akasha malheureusement dure très longtemps et vous y êtes encore pour beaucoup, parce que tant que l’homme n’aura pas découvert suffisamment d’individualité, donc de libre arbitre, donc de liberté, alors il sera prisonnier de ce bas Akasha.

Mais plus l’homme apprend à se libérer, à agir de par son propre discernement, de par sa véritable volonté, alors il se dégage de ce bas Akasha trop terrestre, pour au lieu de cela rentrer de plus en plus dans l’Akasha des guides et des Maîtres. Et à ce moment-là il est investi par les idées divines, c’est-à-dire que ses inspirations, ses motivations, ses buts, ce qui conditionne sa nature ne viennent plus d’en bas mais viennent d’en haut.

Et plus il évolue et plus il s’élèvera. Ce qui fait qu’à un certain moment il arrive à dépasser même cet Akasha supérieur pour ne rencontrer que l’Esprit de la Conscience Universelle et c’est un grand moment d’initiation à ce moment-là.

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a plus de programmation, il n’y a plus d’idéation. On n’interprète plus les choses, même si elles ont une interprétation divine. On ne s’imagine plus rien à propos de Dieu, ni à propos des Maîtres, parce qu’il n’y a plus rien à s’imaginer puisqu’on atteint la connaissance absolue.

Mais pour atteindre ce niveau-là il faut des millions et des millions d’années car pour arriver à ce point-là, l’homme a besoin successivement de passer à travers de différentes programmations pour arriver à ce point de non-programmation, à ce point ou de vide où il ne reçoit plus mais il contemple.

Et à ce moment-là, il n’a plus du tout recours à la réflexion et à  une interprétation intellectuelle. Il n’a même plus recours à une quelconque forme de mentale. Il est la contemplation et il contemple la chose existante. Et à ce moment-là dans l’Univers résonne une phrase qui est bien connue surtout en Orient :

« SO HAM »

(Je suis cela.)

Et à cet instant de sa vie cosmique, il n’interprète plus à Dieu comme quelque chose d’étranger, parce que tant que vous êtes sur le chemin de l’évolution, vous avez des idées préconçues vis-à-vis de Dieu et vis-à-vis des Maîtres etc.

Et pourquoi ce vis-à-vis ?

Parce que vous dites « je » et vous contemplez un point qui est à l’autre bout et qui est différent de vous parce que vous ne l’êtes pas encore. Alors vous interprétez. Et on vous donne des formules, on vous donne des connaissances, on vous donne même des secrets alchimiques. Mais tout cela ce sont des interprétations.

Cependant il arrive un moment de dépouillement tel qu’aucune interprétation ne survit plus car il en n’est plus question. Vous contemplez la réalité. Vous n’avez plus besoin de vous interroger et il n’y a même plus de mystère. Vous ne pouvez que résonner en harmonie avec cette vibration hautement divine et enfin comprendre que vous êtes cela.

Mais ne parlons pas trop de ce qui est encore très loin dans l’avenir.





Pour en finir avec la question qui m’a été posée, il faut donc considérer l’Akasha comme une substance intermédiaire. Et pour autant ne pas même désirer entrer en contact avec l’Akasha.

Parce que,

Pourquoi désirez-vous entrer en contact avec l’Akasha ?

C’est une perte de temps et une perte d’énergie puisque ce n’est qu’un intermédiaire. Visez mieux à contacter les Maîtres. Ou encore mieux, visez à devenir vous-même un jour un Maître.

Les hommes veulent toujours s’amuser avec des broutilles et avec des chariots de bois plutôt que de construire une nef en or.

Et je comprends leurs agissements parce que construire des petits chariots de bois c’est facile. On s’amuse, la personnalité est là, elle fait des plans, on a bien le marteau en main, la cisaille aussi, et aussi le bois.

Mais l’illumination ?

L’illumination c’est autre chose, elle ne se construit pas, elle se dépouille comme un bateau que l’on tire des profondeurs et d’un seul coup elle apparaît. Mais pourtant il faut faire cet effort dans le sens du juste et du vrai.

J’espère que tout à propos de l’Akasha est bien compris. C’est en fait le plus gigantesque égrégore que l’on puisse construire dans l’Univers, et il s’utilise comme un relais et comme une mémoire cosmique.

Ce qui fait qu’à un moment donné l’homme peut entrer en contact aussi bien avec le passé, le présent et le futur, car dans cette banque de données tout existe. Et cela malgré l’intervention du libre arbitre humain. Tous les plans existent.

Tout le monde est imprégné par l’Akasha constamment. Seulement tout dépend à quel degré de l’Akasha vous êtes rattaché. Et c’est là où il faut faire un effort parce que plus vous évoluez et plus vous rentrez en contact avec la partie supérieure et donc plus vous êtes intuitif, inspiré, télépathe, guérisseur, etc. »

(Conférence du 15.11.86)





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire