LA CONFRONTATION AVEC LE GARDIEN DU SEUIL




Quand on lui a posé cette question à Maître Pastor :

Comment se présente le gardien du seuil et comment l’affronter ?

Ceci est ce qu’il a répondu :

« Le gardien du seuil n’est pas un être si terrible que cela, sinon ne serait-ce qu’en vous regardant dans la glace chaque matin que vous seriez pris de terreur, car ce n’est rien d’autre que vous-même. Et pourtant, chacun vit très bien avec lui-même.

(Stupéfaction dans la salle)

Bon, j’exagère, en fait c’est plus précisément la partie la plus ténébreuse de vous-même, un peu comme le côté Monsieur Hyde du Docteur Jekyll pour ceux qui connaissent cette œuvre.



Qu’est-ce donc techniquement le gardien du seuil, et pourquoi l’a-t-on nommé de cette manière-là ?

Car s’il y a mystère autour de cet être, c’est surtout à cause de sa dénomination.

Comme je vous l’ai dit c’est tout l’aspect ténébreux que vous avez créé au long de vos réincarnations et qui peut même prendre la forme d’une créature obscure qui habite dans le plan astral.

Et dans l’ésotérisme on l’appelle le gardien du seuil, parce que justement cet être se présente à l’individu à l’occasion d’une certaine initiation, ou lors d’un passage que l’individu veut faire dans un plan d’existence supérieure.

C’est-à-dire que chaque fois que l’individu va changer de taux vibratoire, mais de manière radicale et absolue, et pas simplement en augmentation, mais en un type vibratoire beaucoup plus haut. Alors toute la somme de ce qu’il a vécu, connu, fait ou pas fait. Toute la somme de ce qu’il y a dans son esprit de manière consciente ou inconsciente. Tout son astral exacerbé dans les trois dimensions de l’astral, viennent vers lui.

Et non pas pour l’empêcher d’aller plus loin comme certains pourraient le croire, mais simplement parce que le type vibratoire plus élevé que l’individu cherche à incorporer en lui, ne peut être incorporé que si toutes ses scories qu’il a accumulées n’ont d’abord été brûlées.

Et quand toutes ses scories n’ont pas d’abord été brûlées, alors l’individu avant de pouvoir aller plus loin, il doit d’abord rencontrer et affronter ses profondeurs infernales ou son ombre astral (tout dépend de chaque individu).

Et à ce moment-là, il y a une prise de connaissance de vos ténèbres, et cette prise de connaissance de vos ténèbres fait que vous n’arriverez plus jamais à l’oublier, parce que lorsque vous avez rencontré le gouffre le plus obscur de votre intérieur, vous n’arrivez plus à oublier cette vision.

Cependant cette rencontre correspond plus à ceux qui pratiquent la magie ou l’occultisme, car rencontrer le gardien du seuil est plutôt le lot des magiciens, tandis que l’initié qui évolue normalement (je dirai gentiment et à une vitesse tranquille), celui-là ne rencontrera jamais le gardien du seuil, parce qu’au fur et à mesure de son évolution, il va automatiquement et progressivement brûler toutes ses scories, brûler ses fantasmes, brûler toutes ses illusions et brûler tout son karma négatif.

Ce qui fait que le jour où il va changer de taux vibratoire, tout ce qui est en lui de ténébreux, ayant déjà été éliminé, il ne rencontrera que lui-même et dans ces cas il n’y a pas de problème.

Par contre les individus qui usent trop de la projection astrale par exemple, ou ceux qui usent la divination mais poussée à un degré vibratoire très fort, ou ceux qui accomplissent des actes de magie. Alors ceux-là, oui, ils peuvent rencontrer le gardien du seuil, c’est-à-dire leur double de manière négative. Bien que cela ne soit pas exactement de la négativité. C’est tout simplement la somme de toutes les choses qu’ils n’ont pas encore accomplies et qui restent ténébreuses, ou qu’elles ont été mal accomplies et qui sont devenue ténébreuses.

Et tout ceci est une nécessité, non pas que cela soit une épreuve qui ait été inventé par les Maîtres. Absolument pas !  C’est tout simplement les lois de la Nature qui imposent cela et c’est pour cela que bruler toute cette scorie d’abord devient une nécessité.

C’est comme quelqu’un qui voudrait absolument monter dans un train dont la porte serait extrêmement étroite, mais malgré cela il voudrait absolument monter avec deux, trois ou quatre grandes valises. Automatiquement il aura beau essayer d’entrer, mais il n’y arrivera pas. Et la grande nécessité qu’il va devoir faire c’est de se libérer de tous ses bagages.

Eh bien, dans l’évolution c’est cela le gardien du seuil, c’est laisser tout ce que tu possèdes, laisser tout ce à quoi tu crois, laisser tout ce que tu n’as pas fait et que tu voudrais faire. Tous tes désirs donc, tous tes projets, toutes tes projections, etc. Et aussi nettoyer ce que tu as mal fait.

Et si le gardien du seuil a été décrit d’une manière aussi terrifiante, c’est parce que dans les individus qui s’adonnent à des rituels pour convoquer des entités, lorsqu’ils leur arrivent de monter jusqu’au point où leur vibration peut chavirer, peut basculer dans cette autre dimension (et heureusement beaucoup de mages n’y arrivent pas, et c’est là que l’on remarque la petitesse du pouvoir qu’ont actuellement les humains).

Mais lorsqu’un individu arrive à s’hisser à force de jeûnes, d’invocations et de formules magiques qu’il effectue dans des lieux telluriques bien appropriés et aux phases astrologiques les plus propices. Alors ils arrivent à basculer dans un type énergétique spécifique, et c’est là qu’ils rencontrent le gardien du seuil.

Et ces gens-là ont une vision terrifiante puisque leur démarche a été plutôt une démarche occultiste, magicienne, une démarche de la volonté, plutôt qu’une démarche spirituelle, donc une alchimie de transformation.

Et c’est pratiquement et uniquement dans ces rituels-là que l’on risque de rencontrer le gardien du seuil, parce que le magicien qui veut détenir le pouvoir du son et le pouvoir de la flamme, il lui va falloir effectuer un rituel et des formules magiques qui transforment son type vibratoire.

Pourquoi ?

Parce que si le type vibratoire de l’individu n’est pas transformé, l’individu ne pourra même pas entendre ce son en question qu’il cherche et qui est le son du pouvoir, le son qui permet la destruction instantanée de toute vie, ou la construction instantanée de toute chose.

Et pour pouvoir entendre ce son, il faut se hisser à un tel niveau dans la vibration, que l’individu doit pratiquement sortir du règne humain, pour entrer dans le règne surhumain, c’est-à-dire le règne où se trouvent les Maîtres. Mais comme il y entre de façon artificielle, si lui-même a des aspects obscurs, alors tous ses aspects obscurs vont se ruer vers lui et à sa conscience.

Donc ne vous souciez pas de votre gardien du seuil, car vous vivez actuellement avec lui et vous remarquez qu’il n’y a pas de problème (du moins tant que vous n’en prenez pas conscience). Par contre, lui a conscience de vous, et c’est lui qui justement provoque en quelque sorte les épreuves que vous devez endurer pendant votre vie sur la Terre, parce qu’il est la somme de votre karma, de vos ignorances et des vos obligations à remplir en cette vie.

Et petit à petit, il envoie une ou deux choses par-ci et par-là, pour justement s’alléger, parce que son but n’est pas de rester le gardien du seuil, car il n’est même pas conscient de sa fonction. Son but c’est justement de ne plus exister et de vous laisser la place libre et complète.

Donc dans la mesure où vous ne faites aucun rituel de magie, ne vous souciez pas du gardien du seuil. Par contre, le jour où vous en faites, ayez un grand souci de lui et c’est à ce moment-là qu’il vous faudra faire des rituels de préparation très semblables aux cérémonies de la messe, pour justement accélérer la combustion et la disparition de vos scories, de vos karmas, etc.

Mais ces préparations-là sont tellement longues et parfois douloureuses, que la plupart des magiciens veulent d’abord obtenir le pouvoir et c’est là qu’ils se confrontent directement à son gardien du seuil, et malheureusement la majorité d’eux fracassent et même meurent, mais ça ce fut leur décision de vouloir se précipiter sans être encore préparés. »

(Conférence du 7.11.87)





OBSERVATIONS


Un témoignage de cette confrontation avec le gardien du seuil on le trouve dans les initiations que Helena Blavatsky a passées avant de commencer par sa mission de faire ressurgir le Mouvement Théosophique au XIX siècle (après quinze siècles qu’il avait été maintenu caché à cause de la terrible persécution que l’Église Catholique avait faite contre tout ce qui n’était pas son dogme).

Du mois de mars jusqu'au mois de juillet 1875, Blavatsky traversa une période dangereuse et sérieuse d'initiation, alors qu'elle vivait dans la ville de Philadelphie aux États-Unis, et on peut supposer que ce fut en prévision pour la formation de Société Théosophique et de la promulgation de la Théosophie.

Pendant ces mois de crise, Serapis (le chef de ses Maîtres Kuthumi et Morya) est resté attentif de la situation, donnant des instructions au colonel Olcott par l’intermédiaire de lettres, où il lui demanda à plusieurs reprises de s'occuper de Blavatsky.

Par exemple, dans une de ces lettres, il a écrit ce qui suit :

« La Sœur Blavatsky vient de t’envoyer un document dans lequel tu trouveras une obligation signée par elle pour un montant de 500 $ en guise de donation en cas où elle meure. Et l'émergence possible d'un tel cas n'est pas un vain mot de notre Sœur, parce que le Gardien l'observe de près et il ne perdra jamais l'occasion de l’attaquer, si le courage de notre Sœur diminue.

Ceci va être l'une de ses épreuves les plus difficiles . . . son Augoeides est un Ellorian éternel et immortel.

Nous devons laisser le reste à la sagesse de notre Frère, aux suggestions que lui donne son Esprit divin et à la dévotion qu'il peut avoir pour la Cause, parce qu'on peut lui indiquer les choses à faire mais jamais on peut lui ordonner.

La mission de notre Frère ne peut être accomplie ou réalisée lors de sa première visite dans la ville de Boston. Laissez-le planifier le terrain pour la réception de notre Sœur . . . si elle survit à cette épreuve.

De la bonne volonté envers elle et de l'intensité de la pensée magnétique concentrée vers elle, dépendra en une grande mesure de sa sécurité dans cette descente dangereuse.

Tu ne connais pas encore les mystères et les puissances de la pensée humaine. Mais envoie des bonnes pensées et notre Sœur Blavatsky et elle sera sauvée! »
(Lettres des Maîtres de la Sagesse, série II, lettre 12, extraits)


Nous voyons que dans le cas de Blavatsky, l’épreuve a été encore plus difficile, car la confrontation n’a pas été contre son propre gardien du seuil, mais contre un gardien du seuil encore plus puissant.

Et Blavatsky n’a pas effectué cette épreuve par ambition comme le font habituellement les magiciens, mais parce que c'était une exigence pour qu'elle puisse atteindre le niveau d'initiation qui était nécessaire pour sa mission.

Et bien qu'elle ait été surveillée et soutenue par ces maîtres et le colonel Olcott, elle a failli mourir comme le signale l’article paru le 3 juin 1875 dans la revue “The Spiritual Scientist” (vol. II, p.151), où il a été annoncé que Blavatsky était tombée gravement malade.

« Le 10 juin 1875, il a été rapporté que la crise avait atteint son apogée à minuit du 3 juin et que Blavatsky se rétablissait progressivement. Mais les gens qui la soignaient avaient cru qu'elle était morte, parce qu’elle se trouvait toute rigide et sans ; sa jambe blessée s’était gonflé au double de sa taille naturelle et était devenue noire; et c’est pour cela que son médecin l'avait diagnostiquée morte, cependant quelques heures après la jambe s’est dégonflée et elle a ressuscité. »
(Zirkoff, Collected Writtings I, lvi)

_ _ _

On voit donc que la confrontation avec le gardien du seuil n’est pas un jeu mais c’est quelque chose qui doit être pris très au sérieux, et je vous conseille de mieux vouloir évoluer tranquillement que de vouloir passer ces épreuves par ambition.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire